GÈNES, POUVOIRS ET PROFITS

Recherche publique et régimes de production des savoirs de Mendel aux OGM

Christophe Bonneuil, Frédéric Thomas, 27 octobre 2009

Résumé

Le progrès génétique n’est plus ce qu’il était. Il n’a plus l’évidence qu’il revêtait à la création de l’Inra en 1946, quand les généticiens de l’Institut avaient pour mission de fournir aux agriculteurs des variétés à meilleurs rendements. Définie il y a un demi-siècle comme un impératif technique d’optimisation de la « machine végétale » par des spécialistes, pour « moderniser » et rendre plus productifs des agriculteurs usagers, l’amélioration des plantes suscite à présent de vives controverses entre des acteurs divers dans des arènes qui dépassent les cercles des spécialistes et professionnels. Environnementalistes et consommateurs s’inquiètent des effets de certains procédés ou traits sur l’environnement ou la santé humaine. Mouvements paysans et agriculteurs biologiques dénoncent une menace de confiscation de l’alimentation par quelques oligopoles de la chimie agricole et des semences multipliant les brevets sur le vivant. Les juges tergiversent pour savoir si les maires peuvent interdire la culture d’OGM dans leur commune ou bien encore si les destructions de parcelles transgéniques relèvent du principe de précaution. Académiciens et biotechnologues assaillis défendent la contribution des OGM à la lutte contre la faim dans le monde.

À télécharger